Plaque d’immatriculation italienne

Les plaques d’immatriculation italiennes reprennent les mêmes numérations que les SIV uniques en France, c’est devenu un peu une généralité dans différents pays d’Europe. Ce type de plaque n’a pas toujours été ainsi. Historiquement, l’utilisation des sigles dans l’immatriculation des voitures appartenant au parc automobile italien a débuté par l’emploi des sigles compte tenu d’une circulaire provenant du Ministre des Travaux Publics promulguée en 1927, quelle évolution et changements depuis tout ce temps.

Cette loi a permis de mettre en place le nouveau Code de la route. Avant le 28 février 1927, les plaques d’identification des voitures immatriculées dans cet État du sud de l’Europe se faisaient par un code numérique à deux chiffres marquant la province, ces chiffres ont été par la suite remplacés par deux lettres sélectionnées pour représenter la ville où a été immatriculée la plaque. Les voitures enregistrées dans la capitale de l’Italie avaient une plaque minéralogique où l’on pouvait voir clairement ROMA inscrit dessus. Si les codes ont été supprimés des plaques en 1994, elles sont remises sur les nouvelles plaques en 1999.

Quelques listes des codes de provinces d’Italie

Les codes de deux lettres représentatives des provinces italiennes permettent de rendre la plaque d’immatriculation plus personnalisable. Les séries de chiffres sont délivrées automatiquement par le système. Seul ce code peut servir au conducteur à individualiser sa voiture. Le chauffeur pourra ainsi choisir entre ces codes pour compléter l’immatriculation de sa voiture :

choisir une bonne assurance voiture
  • Rome : ROMA ou RM
  • Milan : MI
  • Naples : NA
  • Turin : TO
  • Bari : BA
  • Palerme : PA
  • Gênes : GE
  • Venise : VE

De nouvelles provinces ont été instituées en Italie, ce qui a permis de créer de nouveaux codes. Ainsi, les provinces créées en 2005 en Sardaigne ont permis de découvrir de nouveaux codes provinciaux : OT, OG, CI, VS pour Olbia-Tempio, Ogliastra, Carbonia-Iglesias et Medio Campidano. La date de 2009 a marqué l’apparition de trois nouvelles provinces :

  • Fermo FM
  • Barletta-Andria-Trani BT
  • Monza et Brianza MB

Système d’immatriculation actuelle

En octobre 1993, l’Italie a adopté un nouveau système d’immatriculation qui consiste d’une part à employer des plaques identiques fixées à l’avant et l’arrière composées en une seule pièce. Ces panneaux de contrôle utilisent des écritures noires sur un fond blanc, d’une couleur réfléchissante.

L’absence des codes provinciaux laisse place à un système d’immatriculation unique en France, utilisant la forme AA 999 AA. Ce type de SIV unique à travers l’Europe permet de créer jusqu’à 234,256 millions de possibilités. Contrairement au système européen, les plaques d’immatriculation en Italie ne sont plus réparties en 3 blocs ZZ 999 ZZ, mais sont divisées en deux blocs, séparés par un espace (ZZ 999ZZ). Autres détails concernant l’immatriculation des plaques italiennes, les lettres I, O, Q, U ne sont pas utilisés afin de réduire les risques de confusion avec les chiffres 1, 0 et les lettres O et V lors de l’écriture manuscrite durant l’établissement d’une contravention de la police par exemple.

Deux exceptions sur les plaques minéralogiques italiennes

Les plaques minéralogiques originaires d’Italie peuvent être de forme carrée. Ce type de plaque commence à partir de ZA 000AA, la disposition des chiffres est de deux premières lettres et les bandes bleues sur la première ligne et le reste de la combinaison inscrit sur la deuxième ligne. Ce type de plaque n’est pas très courant, de telle sorte que la série ZB ne commence qu’à la moitié de l’année 2010.

Quant à la police locale, les agents de force de l’ordre utilisent des véhicules qui ont une plaque mentionnant POLIZIA LOCALE sur la première ligne de la plaque carrée et une série de numéros accordés de manière progressive en deuxième ligne. Ces plaques débutent à partir de YA 000AA.

Inscription visible sur les plaques italiennes

La différence entre les plaques d’immatriculation française ne se limite pas sur le nombre de divisions (3 pour l’immatriculation française et 2 pour les plaques italiennes). Les plaques minéralogiques d’Italie sont identifiables par la présence d’espace entre les deux blocs, l’immatriculation des plaques en France est séparée par des tirets.

Une voiture immatriculée en Italie a un I comme indication du pays. Cet indice est situé à gauche de la plaque, sur une bande bleue contenant également le symbole du drapeau européen. Pour l’identifiant territorial à droite de la plaque, les propriétaires des véhicules italiennes ne sont pas obligées de le mettre. Même si le code de la province est facultatif, la bande latérale bleue à droite de la plaque est indispensable pour que la plaque soit homologuée.

Les plaques de transit italiennes

Lors d’un rapatriement d’une nouvelle voiture par route en Italie, il est indispensable de recourir à une plaque de transit. Cette plaque en carton positionnée à l’arrière de la voiture permet d’éviter la mise en fourrière du véhicule lors d’un éventuel contrôle. Les plaques de garage W ou les plaques provisoires françaises WW ne sont pas reconnues dans le cas d’une vente. Ceux qui ne respectent pas ce règlement risquent la séquestration de 3 mois de leur voiture et des frais et amendes d’environ 2 500 € pour la récupération du véhicule.